Tribune des élus Socialistes de Suresnes

Tribune des élus Socialistes de Suresnes

Tribune des élus Socialistes de Suresnes

Est-il possible d’écrire une tribune de 300 mots dans un contexte de crise morale et d’indécence crées par les candidats du Front National et des républicains, eux qui n’ont jamais aussi mal porté leur nom ?

La parole et l’honnêteté de nos dirigeants est aujourd’hui une condition sine qua non de la mobilisation et de l’engagement des citoyens. François Fillon a bâti sa campagne sur le civisme, la moralité et les efforts financiers nécessaires, sauf pour lui-même. Après quelques hésitations, le droite française a décidé de se rassembler autour de son modèle éthique. Pire encore, elle préfère aujourd’hui taire les affaires qui touchent le front national et partager avec l’extrême droite le même mépris de la loi . Le cynisme est devenu une règle de conduite, François Fillon et Marine Le Pen s’y tiennent avec constance.

En revendiquant ouvertement le suffrage populaire (quelle prétention !) pour écarter le jugement de magistrats indépendants, en empoisonnant le débat politique, en faisant de la campagne présidentielle la rencontre d’un égo avec ses courtisans, ils sont aujourd’hui coupables de provoquer la défiance voire le dégoût de la parole publique.
La décision de Lionel Jospin, en 1997, d’obliger tout ministre à démissionner en cas de mise en examen semble si lointaine. Il est temps de permettre à l’ensemble des français de reprendre confiance. C’est pourquoi Benoit Hamon souhaite obliger les parlementaires à déclarer les dons supérieurs à 2500 euros ainsi que toutes les dépenses liées à leurs indemnités. C’est pourquoi il faut leur interdire d’employer un membre de leur famille.

C’est pourquoi il faut donner à tous les français les moyens d’être acteurs de leur vie. C’est le sens du revenu universel d’existence pour les plus démunis. C’est l’objectif du programme du candidat du parti socialiste et des écologistes en matière de santé, avec la fin des franchises médicales, des déserts médicaux, l’obligation d’un parcours santé ambitieux pour chaque élève. C’est la priorité donnée à l’éducation, avec la mise en place d’un seuil maximum de 25 élèves en CP, CE1 et CE2, la création d’un service public de soutien scolaire ou l’investissement dans le personnel éducatif et la recherche. C’est aussi le droit à la sécurité avec la création de 5000 postes supplémentaires dans la police quand la droite milite pour la poursuite de la politique de réduction de postes menée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.
Si vous souhaitez moins d’enseignants et des classes davantage surchargées pour vos enfants, un accès à la santé réduit aux plus favorisés, une diminution de la présence policière, des juges soumis au pouvoir politique et un mépris ouvertement affiché pour la France naguère élégamment baptisée « d’en bas », Benoit Hamon n’est définitivement pas votre candidat.

Nous croyons cependant que l’intégrité, le respect et la solidarité restent des valeurs essentielles pour chaque citoyen. Grâce à elles, nous pouvons, ensemble, faire battre le cœur de la France.

Demo

Close