Ma question au Gouvernement sur la situation des réfugiés en Libye

Ma question au Gouvernement sur la situation des réfugiés en Libye

Ma question au Gouvernement sur la situation des réfugiés en Libye

J’ai interpellé hier le Gouvernement concernant la situation dramatique que connaissent les réfugiés en Libye. Vous trouverez ci-dessous la vidéo de mon intervention avec la réponse de la Ministre chargée des Affaires européennes, Nathalie Loiseau.

Vous trouverez également le texte de mon intervention.

 

Madame la Présidente,

Chers Collègues,

Ma question s’adresse à Monsieur le Premier ministre.

Monsieur le Premier ministre, la situation des réfugiés en Libye est d’une extrême gravité.

Nous étions choqués face aux images de ce petit garçon, Aylan, retrouvé face contre terre, sans vie, sur une plage turque. Mais nous voilà de nouveau confrontés à l’inadmissible. Les enquêteurs de l’ONU et plusieurs médias ont mis en lumière des cas d’esclavage en Libye.

Concrètement, il s’agit d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont vendus aux enchères comme du bétail sur des marchés libyens.

Ne faisons pas semblant de le découvrir. Ils sont connus de tous. Depuis des années, les ONG nous alertent. Leur dernier rapport en 2016 faisait état de 45 millions de femmes, d’hommes et d’enfants asservis. 45 millions… L’équivalent de la population espagnole.

Il y a bientôt 170 ans, la France abolissait l’esclavage. Il y a 16 ans, nous votions sur ces bancs la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité.

Ces camps, financés par l’Europe, se développent désormais avec notre aval dans des conditions qui constituent un véritable scandale humanitaire. Familles séparée, Viols, torture, surpopulation, conditions sanitaires déplorables : tel est le quotidien de ces réfugiés.

Et lorsqu’ils parviennent à échapper à ces camps, ils se noient dans la Méditerranée.

L’objectif de l’Union européenne était d’éviter à tout prix l’arrivée des réfugiés sur le continent, en finançant ces camps à hauteur de 400 millions d’euros, sans droit de regard sur les conditions humaines.

Résultant, ces camps sont devenus les viviers des marchands d’êtres humains, troisième trafic plus lucratif au monde, après la drogue et les armes.

Le temps de l’indignation doit maintenant laisser place au temps de l’action.

C’est pourquoi la France, pays des droits de l’Homme, doit porter un message fort qui fera honneur aux valeurs qui nous unissent.

Monsieur le Premier ministre, le Ministre des Affaires étrangères a indiqué que la France avait demandé une réunion expresse du Conseil de sécurité de l’ONU.

Un sommet UE – Afrique aura également lieu dans 5 jours à Abidjan. Pouvez-vous dès lors nous préciser quelle sera la position de la France pour mettre fin à ce marchandage de vies humaines ?

Je vous remercie.

 

 

Ma réponse à la Ministre : 

Non Mme la Ministre @NathalieLoiseau , l’Union Européenne finance bien les gardes-cotes et gardes-frontières Libyens et les camps de réfugiés qui sont devenus des viviers pour les marchands d’êtres humains. Le @Le_HCR que vous citez a dénoncé cet accord

 

XAVIER IACOVELLI

Close