Tribune de septembre 2014

Tribune de septembre 2014

Les Vacances d’été à Suresnes !
Cet été, c’est plus d’un tiers de français (38%) qui ne sera pas parti en vacances. En cette période de crise, beaucoup de jeunes subiront également ce manque de dépaysement, pourtant nécessaire pour une rentrée dans de bonnes conditions.

Pour lutter contre cette inégalité, un grand nombre d’associations, comme la Croix Rouge ou le Secours Populaire ont organisé tout au long de l’été des animations et des excursions permettant aux jeunes de découvrir de nouveaux horizons.

Beaucoup de villes ont également pris à bras le corps cet enjeu éducatif et social, essentiel au mieux vivre ensemble.
Dans notre département, il n’est pas rare de voir les municipalités rivaliser d’ingéniosité pour proposer aux citoyens restant à leur domicile, des animations et des moments de détente sans sortir des limites communales.

Piscine à 1€, stades ou quais de seine aménagés en plages, jeux d’été, concerts et animations quotidiennes. Autant d’actions proposées par des villes comme Colombes, Clichy, Clamart, Nanterre et même Puteaux.
A Suresnes, c’est la municipalité qui pratique le far-niente dans ce domaine !

Pas de retransmission des matchs de l’équipe de France de football, une opportunité manquée pour fédérer et créer du lien social.

Pas de plage artificielle aménagée durant l’été, pas d’équipement sportif ni de stade en libre accès.

Pas d’activités proposées aux jeunes des différents quartiers pour leur permettre de ne pas « tenir les murs » du matin au soir. En revanche une action en direction de la jeunesse marquante cet été : la mise en place d’un couvre-feu d’un mois (qui n’aura duré que 8h00!).
A Suresnes, la première activité estivale proposée par la mairie aura été la visite payante du musée de Suresnes. On pourrait sans doute ajouter le traditionnel feu d’artifice du 13 juillet ainsi qu’une invitation de monsieur le Maire à profiter de la Seine…. à Sèvres.

Un minimum pour se préparer ensuite à un mois d’août sans médiathèque (fermeture toute la première quinzaine), sans ludothèque et sans piscine (réouverture prévue le 1er septembre !)

Serait-ce finalement la patience que la politique municipale tend à promouvoir ?
A l’instar de la célèbre citation attribuée – à tort – à Marie Antoinette, « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! », Monsieur le Maire pourrait-il conseiller aux Suresnois « si vous ne partez pas à la plage, partez donc à la montagne ! » ?

Xavier Iacovelli

Close