Quai Gallieni : Les Tours reviennent à cinq

Quai Gallieni : Les Tours reviennent à cinq

Quai Gallieni : Les Tours reviennent à cinq

Décidément, ils n’ont pas compris la leçon. Après s’être engagé en 2016, dans le projet « Erosia » des tours jumelles, projet avorté grâce à la mobilisation des habitants, le promoteur LUPA France revient avec un nouveau projet tout aussi démesuré et tout autant à l’inverse de l’esprit de notre ville en général et de ce quartier en particulier. 

Ce nouveau projet, attendu sur le quai Gallieni, prévoit la construction d’un bâtiment composé de cinq tours de 53m de hauteur. Il consiste en la démolition partielle d’un immeuble de bureaux, et la construction d’un ensemble de logements collectifs de 438 logements sur 16 étages et de 6 commerces. Ce plan nécessite une véritable étude environnementale et qu’une enquête publique soit diligentée afin de prendre en compte l’avis des Suresnoises et des Suresnois qui verront leur environnement direct se transformer radicalement. 

Esthétiquement, cette proposition bétonnière est un non-sens quand on connait notre ville, son histoire et l’esprit « village » qui y règne. Elle dessert le partimoine locale et l’agréabilité de la ville. Le Mont Valérien n’a pas changé d’emplacement et les réserves relatives à la préservation de l’harmonie architecturale, qui ont justifié l’abandon du projet des tours jumelles en 2016 sont toujours d’actualité.

Nous ne pouvons pas nous contenter de la réponse de la mairie qui consiste à dire qu’il s’agit d’un projet totalement privé sur lequel la municipalité n’aurait aucune prise. Ce n’est pas comme cela que nous concevons l’action politique au service des Suresnoises et des Suresnois. 

Car ces cinq tours auront un impact sur toute la ville. Plus de 1.000 nouveaux habitants seront accueillis dans celles-ci. Au-delà du bouleversement architectural que ce projet démesuré engendre, une réflexion sérieuse doit être menée sur les effets de l’arrivée de cette nouvelle population.
Dans un contexte de saturation du réseau routier et du tramway, d’un déficit de place dans les établissements scolaires, il est indispensable que ce projet soit mesuré et débattu avec les premiers concernés . 

Pourtant c’est au contraire que le promoteur LUPA aspire, puisqu’ils ont déposé le 8 mars dernier un dossier de demande de dispense d’évaluation environnementale pour le projet des Cinq Tours auprès de la Direction régionale et interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie. 

En tant que sénateur, Xavier IACOVELLI, a écrit au préfet pour faire respecter le dialogue et la concertation et que ce dernier s’oppose donc vigoureusement à cette demande. 

Un tel projet ne peut voir le jour sans que les Suresnoises et les Suresnois soient consultés, La municipalité doit entendre le message que les habitants ont exprimé en 2016 en signant largement la pétition demandant l’abandon des tours Erosia. Ce message n’a pas changé : c’est celui de pouvoir respirer dans sa ville, en particulier dans un quartier qui est déjà le plus dense de la ville. 

XAVIER IACOVELLI

Close