Cette année 2016 s’achève avec un monde à la dérive où les populistes ne sont pas seulement aux portes du pouvoir mais arrivent désormais à le conquérir.

Un monde où de grands démagogues comme Trump vont présider aux destinées de la première puissance du monde.

Un monde où Vladimir Poutine n’hésite pas à bombarder des civils durant plusieurs semaines dans la ville martyre d’Alep, afin de garder son influence dans la région et réaffirmer la puissance militaire de la Russie, marginalisée depuis l’effondrement de l’Union Soviétique.

Sous couvert de lutte contre Daech, Assad et son allié russe, ont organisé une épuration pure et simple de tous les opposants au régime. Au-delà d’avoir défiguré la quasi-totalité de la deuxième ville de Syrie, ces bombardements auront décimé sans relâche les civils, hommes, femmes, enfants, restés sur place. Cette situation est d’autant plus insupportable qu’elle a longtemps été accompagné du silence et à l’inaction de la communauté internationale.

En Turquie, le régime d’Erdogan ne laisse pas non plus entrevoir une amélioration dans la région. Tant qu’il dirigera de façon autoritaire, son pays ne pourra pas prétendre à un rapprochement de l’Union Européenne. 

Dans ce monde, l’heure, plus que jamais, est à la vigilance et au rassemblement des progressistes autour des valeurs de liberté, d’humanité et de solidarité.

Nous devons également mener ce combat en France et les échéances électorales de 2017, seront l’occasion de le mener ensemble.  

Sommes-nous prêts à laisser notre modèle de société à cette droite conservatrice qui préconise la fin du service public ? Nous refusons que la France rejoigne le camp des populistes et réactionnaires, mené par Trump, Poutine et Erdogan qui mettront à mal notre idéal internationaliste et pacifiste.  

Face à ce défi, nous devons nous lever pour défendre la France, cette belle idée née de la Révolution française et des Lumières. Les 22 et 29 janvier prochains, nous devons créer la dynamique nécessaire pour porter le candidat qui sortira des urnes vers la victoire en mai prochain. Nous devons faire mentir la fatalité annoncée, car on ne gagne que les combats que l’on a menés.

Réveillons-nous. Mobilisons-nous pour cette primaire citoyenne et cette présidentielle de 2017 qui seront de formidables opportunités pour rappeler que nous sommes, nous socialistes, les derniers garants des conquêtes sociales et le principal rempart contre le populisme.  

En 2017, plus que jamais, ensemble redonnons un sens à la fraternité, la solidarité et à l’humanité.